ATELIERS PIERRE LAFON

Architecture - Landscape - Civil engineering

5.0
Centre Multimédia
Multimedia center
Date: 
1993
Site: 
Rostrenen / France
48°14'07,01" N - 3°19'05,96" O
Client: 

Commune de Rostrenen

Team: 

Marion Faunières : Architecte co-concepteur 

Jean François Vincent: Scénographe 

Nigrelii : B.E.T. Fluides 

Delekta : B.E.T. Structures 

Le centre multimédia a été conçu comme l’une des premières opérations d’une structure multimédia en réseau. L’ouvrage se déplie et s’étire de façon à entrer au contact de trois places du centre-ville. Associé à une bibliothèque traditionnelle, il comprend notamment une salle de vidéo-projection, une salle du conte et des équipements informatiques à disposition pour les abonnés.

Extraits : Centre Multimédia à Emile-Radenac, Gilles Davoine. Bretagne. XX e siècle: un siècle d'architecture, Éditions Terre de Brume, dir: Patrick Dieudonné, Avril 2001.

«Situé entre le stade et le tissu dense des vieux quartiers de Rostrenen, le centre multimédia est construit en totale respiration avec son site. A la lisière d’un jardin public et de l’espace libre du terrain de sport, ce bâtiment bas, allongé sur un seul niveau, ne se veut pas objet ou écran mais comme l’explique Pierre Lafon, "une structure poreuse, susceptible d’être traversée par le regard. De fait, c’est non seulement le regard mais aussi les éléments du paysage et les personnes qui traversent l’édifice. Dans le sens de la longueur un système de rampes le côtoie, mettant en relation deux quartiers tout en offrant un belvédère sur le stade. Dans le sens de la largeur, une allée de granite permet de faire transiter la circulation piétonne entre deux des places de la ville. Cette allée fait entrer à l’intérieur les rochers du jardin. Ils témoignent de l’incursion de la nature dans ce petit temple de la culture… La symbiose avec l’environnement est aussi assurée par les baies vitrées latérales et un léger surbaissement de soixante centimètres de la salle de lecture par rapport au sol, qui installe le lecteur encore davantage parmi le minéral et le végétal qui l’entoure… La seconde partie du bâtiment consacrée à la vidéo et à l’informatique, est plus secrète, plus fermée. Prise dans les parois maçonnées, une pénombre douce y prédomine. La lumière naturelle y pénètre que par des boîtes de verre inclinées qui perforent la toiture, cubes translucides qui émergent au-dessus du bâtiment pour jouer avec les arbres et le granite sombre de l’église toute proche.»

Extrait de Dictionnaire de l’architecture XXème siècle, Jean-Pierre MIDANT, France,1996, Editions Hazan.
«Architectes associés établis à Paris puis à Rennes. Actifs en France. Pierre Lafon et Marion Faunières sont diplômés de l’Unité pédagogique n°6 (Ecole d’architecture Paris-la-Villette), respectivement en 1977 et 1979. Ils ouvrent une agence en 1979 à Paris et commencent à travailler en Bretagne, où ils s’installent en 1988. L’aménagement de l’espace public du centre-bourg de Plaintel (Côtes-d’Armor), en 1987 et 1994, illustre bien leur pratique, entre sculpture, installation et architecture. Poursuivie à l’échelle du paysage à l’échangeur routier de Kernilien (1988-1990) et dans le projet pour l’axe Rennes-Nantes, la démarche de Lafon et Faunières se plie ensuite à l’échelle urbaine dans deux rues semi-piétonnes à Saint-Brieuc (1994-1995). Elle se manifeste ici par un marquage au sol. Celui-ci correspond à un ensemble de scénarios liés aux possibles réappropriations de la rue par le public qui renvoient aux boutiques, à la signalétique et aux réseaux. S’y révèle, comme au Centre multimédia de Rostrenen (1992), une mise en tension des éléments naturels avec le milieu culturel, où s’opposent la simplicité du geste architectural et l’utilisation d’une technologie de pointe. Pierre Lafon enseigne à l’Ecole des beaux-arts de Rennes.»